Stockage

Les insectes nuisibles des stockages sont responsables de millions d'euros de dégâts. Une lutte permet d'éviter des grosses pertes de denrées alimentaires ou de semences. Pendant des dizaines d'années l'utilisation de produits chimiques pour lutter contre ces insectes nuisibles était normale. Après l'interdiction de plusieurs produits chimiques, des méthodes alternatives ont été recherchées. En plus de l'amélioration des techniques de stockage (nouvelle technique de construction, technique de réfrigération ect.) est également mis en avant l'utilisation d'auxiliaires pour lutter biologiquement contre ces insectes nuisibles.

Plusieurs méthodes de lutte biologique sont testées depuis plusieurs années dans la pratique. L'utilisation d'auxiliaires comme moyen de lutte biologique est de plus en plus demandée par les professionnels de la lutte contre les nuisibles et les responsables de stockage. De plus dans beaucoup de domaines le nombre de produits chimiques disponibles a fortement diminué, ce qui entraîne une demande croissante de méthodes alternatives de protection des stockages contre les insectes nuisibles. Par exemple seul un produit chimique est autorisé pour le traitement d'un stockage vide, à part cela ne sont autorisés que le nettoyage mécanique avec balai et aspirateur et l'utilisation de méthodes alternatives comme les auxiliaires ou la terre de diatomée.
L'utilisation d'auxiliaires permet la mise en place d'une lutte intégrée: nous conseillons au cas par cas pour adapter l'utilisation des auxiliaires à chaque situation. Dans certains cas d'infestation très importante nous conseillons également l'utilisation de produits chimiques pour diminuer l'infestation et ensuite ensuite mettre en place une lutte biologique avec des auxiliaires.

Seul une stratégie de lutte préventive et des mesures d'hygiène rigoureuses peuvent conduire à une lutte efficace sur le long terme. La mise en place d'un monitoring adapté permet de suivre l'activité de l'insecte nuisible dans le stockage. Un stockage bien entretenu et minutieusement nettoyé avec un monitoring régulier a plus de chance de ne pas être infesté par des insectes nuisibles.

L'utilisation d'auxiliaires permet d'éviter la multiplication des insectes nuisibles, surtout lors de la mise en place d'une lutte préventive dans un stockage vide, puis dès que ce stockage est rempli. Les insectes auxiliaires ne remplacent ni les mesures d'hygiène régulières ni la mise en place d'un monitoring.

Les denrées alimentaires complètement dévorées par des insectes nuisibles ne peuvent plus être "nettoyées", que ce soit avec des produits chimiques ou avec des insectes auxiliaires. Dans le cas d'une lutte curative avec une infestation encore limitée et lorsque l'utilisation des produits chimiques n'est pas possible, les auxiliaires peuvent également être utilisés pour réduire l'infestation. Par contre il est important d'adapter la lutte en fonction de la situation et du stockage en question. N'hésitez pas à nous contacter en cas de question.

Pour éviter les dégâts dus aux insectes nuisibles il est important de respecter certaines règles :

  • Éviter l'infestation grâce à des mesures d'hygiène rigoureuses
  • Observation et reconnaissance d'une infestation le plus tôt possible grâce au monitoring
  • Mise en place de mesures de lutte adaptées, comme par exemple l'utilisation d'auxiliaires

La lutte contre les mites alimentaires dans les foyers et dans les stockages

Les mites alimentaires (teigne des fruits secs, teigne de la farine et alucite des céréales) sont responsables de beaucoup de dégâts dans les foyers, les entreprises de transformation et les stockages de produits alimentaires. Les larves de ces mites peuvent se développer sur un spectre de nourriture très large: tout produit à base de céréales, noix, confiserie comme le chocolat, gâteaux secs, fruits secs, épices, thé, graines, mais aussi la nourriture destinée aux animaux et particulièrement la nourriture pour les oiseaux, ect.

Une infestation de mites alimentaires est peu appétissante et est également dangereuse pour la santé: les larves dévorent les aliments, qui vont donc se détériorer. La consommation de ces aliments peut entraîner des réactions allergiques, des irritations et des problèmes intestinaux.
De plus il y a un risque de développement des acariens et de différents champignons sur les restes d'excréments des larves. Les aliments infestés doivent être jetés. La teigne des fruits secs Plodia interpunctella est la mite alimentaire la plus répandue dans les foyers.

Notre brochure sur l'utilisation d'auxiliaires pour la protection des stockages et des matériaux:

Reconnaitre les mites alimentaires:

La teigne des fruits secs est facilement reconnaissable grâce à la couleur de ses ailes avec le tiers supérieur de couleur claire et le reste des ailes de couleur rouge cuivré. Une mite adulte mesure environ 1,5 - 2 cm.  Les larves de couleur crème mesure environ 1,5 cm de long.

Développement des mites:

Une femelle pond ses œufs (200 - 300 œufs / femelle) sur ou à proximité de la source de nourriture. Peu de temps après vont éclore les larves qui commencent tout de suite à se nourrir. Le dernier stade larvaire quitte la source de nourriture et part à la recherche d'un endroit adapté pour effectuer la nymphose. À température ambiante le développement d'une larve dure 4 à 5 semaines. Dix jours supplémentaires suffisent pour qu'une nouvelle génération de mites éclose et les jeunes femelles vont à leur tour pondre des œufs. Le cycle recommence.

Dans les stockages peuvent être également présentes la teigne de la farine Ephestia kuehniella, l'alucite des céréales Sitotroga cerealella, la pyrale de la farine Pyralis farinalis ainsi que diverses pyrales comme la pyrale du tabac et la pyrale des amandes. Les œufs de ces mites sont également parasités par les trichogrammes. Pour mettre en place une lutte efficace il est important de savoir de quelle mite il s'agit et adapter la lutte en cas de besoin.

Pour éviter toute propagation de l'infestation, il est important de respecter quelques règles de base.

La cause principale d'une infestation par des mites alimentaires est en général un stockage non adapté des denrées alimentaires ainsi qu'un stockage de trop longue durée.

  • En général les mites sont ramenées à la maison avec les aliments achetés. Avant l'achat ou au plus tard avant de les stocker, vérifier qu'il n'y ait pas d'infestation dedans (une infestation est reconnaissable aux dégâts dans et sur les paquets, causés par les larves lorsqu'elles se nourrissent ou à une toile de soie blanchâtre tissée par les larves ou encore aux restes d'excréments).
  • Ne stocker les aliments que dans des boîtes en plastique ou en verre  bien fermées. Les emballages en plastique ou en papier ne protègent pas les aliments contre les attaques des larves.
  • Ne pas stocker des grosses quantités. Plus les denrées alimentaires sont stockées longtemps, plus le risque d'infestation augmente. Les denrées à base de noix, d'amandes, de raisin ou autre  ingrédient servant à la cuisine et étant stockées sur une longue période, doivent être contrôlées régulièrement. Les paquets ouverts doivent être transférés dans des boîtes fermées.
  • Stocker les aliments au sec et si possible au frais.
  • Les cuisines intégrées présentent beaucoup de recoins cachés utilisables par les mites. C'est pourquoi il est nécessaire de nettoyer et d'aspirer minutieusement la cuisine au moins deux fois par an. Les coins et fentes peuvent être traités avec de l'air chaud grâce à l'utilisation d'un sèche-cheveux.
  • Les pièges à phéromones permettent seulement un contrôle de l'infestation et ne sont pas un moyen de lutte efficace car seulement les mâles sont attirés. Les femelles continuent à pondre des œufs.
  • En été il est possible d'accrocher des grilles aux fenêtres pour empêcher que les mites provenant de dehors ne rentrent dans la maison.
  • Les insecticides chimiques ne devraient pas être utilisés dans les maisons à cause du danger présenté pour la santé humaine.
  • Quand l'ensemble de ces mesures ne suffisent pas, il est nécessaire de lâcher les trichogrammes contre les mites alimentaires. Les trichogrammes, de moins de 0,5 mm de long, sont capables de lutter discrètement mais efficacement et durablement contre les mites. Cette méthode est également respectueuse de l'environnement.

La TrichoCarte est un des vecteurs de lâcher de trichogrammes développé par notre société depuis des années et qui a fait ses preuves dans le monde des professionnels. Elle est aujourd'hui utilisée pour la protection des cultures en champs et sous serre, pour la protection des denrées alimentaires dans les stockages de céréales, les magasins et les foyers privés.

La TrichoCarte VORRAT contient soit 2 000 œufs de Trichogramma evanescens (pour un lâcher tous les 14 jours), soit 3 000 œufs (pour un lâcher tous les 21 jours, voir la photo de gauche).

Ces références  sont mises en place depuis plus de 15 ans et assurent une haute qualité du produit final permettant de lutter efficacement contre les mites!

Lutter biologiquement contre les mites à la maison

Les trichogrammes parasitent les œufs des mites, cela signifie qu'ils partent à leur recherche, y pondent leurs propres œufs à l'intérieur et à la place d'une larve de mite, va éclore un nouveau trichogramme. Ce cycle se répète tant que des œufs de mites sont présents. Si les mini-guêpes ne trouvent plus d'œufs à parasiter, elles meurent.

Pour interrompre efficacement le cycle de développement des mites, il est nécessaire de réaliser quatre lâchers de trichogrammes avec un espace de temps de 14 jours entre deux lâchers.
Dans une cuisine, quatre TrichoCartes par lâcher avec 2000 trichogrammes (T. evanescens) par carte suffisent dans la majorité des cas. Elles vont être réparties à proximité des réserves de denrées alimentaires. De nouvelles cartes sont envoyées 14 jours plus tard, il s'agit d'un mini-abo d'une durée de deux mois contenant quatre envois.

La qualité est décisive!

Depuis 20 ans nous élevons plusieurs espèces de trichogrammes  dans le cadre de la lutte biologique contre plusieurs papillons nuisibles. Notre expérience assure une haute qualité, tant au niveau des élevages que lors de la préparation des produits finaux.

Nos vecteurs de lâcher des auxiliaires comme les TrichoCartes ont été testés depuis des années et servent aujourd'hui de référence.

L'utilisation des auxiliaires nécessite un conseil de haute qualité pour permettre une lutte efficace. En cas de questions sur l'utilisation, n'hésitez pas à nous contacter.

Les TrichoCartes contenant les œufs de trichogrammes sont disponibles chez différents partenaires ainsi que sur plusieurs sites internet.

En France : www.mites-alimentaires.fr

En Allemagne :

www.aries.de
www.biologische-Beratung.de
www.lebensmittelmotten-motten.de
www.motten-experte.de
www.motten-shop.de
www.naturas.de
www.nuetzlinge.de
www.re-natur.de
www.schneckenprofi.de

En Autriche : www.biohelp.at
En Suisse : www.nuetzlinge.ch

Lutte biologique contre les larves de mites

Les mini-guêpes Bracon hebetor, aussi connues sous le nom de Habrobracon hebetor, font parties des auxiliaires les plus étudiés dans le cadre de la lutte biologique dans les stockages. Ils paralysent les larves vivantes de mites, qui vont tout de suite arrêter de se nourrir. Après avoir paralysé les larves, les bracons commencent à pondre des œufs autour des larves paralysées. Les jeunes larves bracons vont se nourrir de la larve de mite pendant leur développement. Des cocons en soie vont être tissés par les larves de bracon, dont vont éclore une nouvelle génération d'auxiliaires.

Les bracons femelles s'orientent à l'aide des odeurs laissées par les larves et leurs excréments. Elles peuvent suivre ces dernières jusque dans les petites fentes et fissures. Même les larves ayant passé l'hiver dans leur cocon peuvent être paralysées par les bracons. Les femelles bracon commencent à pondre des œufs à partir de 16°C. Nous recommandons un lâcher de bracons au printemps dès que les températures en journée atteignent au maximum 20°C. Les températures optimales pour le développement et l'activité des auxiliaires se situent entre 25 et 30°C mais des températures jusqu'à 35°C sur une courte durée sont aussi tolérées. Les mini-guêpes bracons sont en règle générale lâchées entre mi-avril et fin septembre.


Photo AMW: Bracon sur une larve de mite

L'utilisation des bracons est particulièrement efficace pour la protection de céréales en vrac ou de produits à base de céréales. L'idéal est de commencer les lâchers dès que le stockage est vide et minutieusement nettoyé, puis lors du stockage de nouvelles denrées alimentaires. Si les mites se sont établies, il est possible de lâcher régulièrement des auxiliaires en parallèle des mesures d'hygiène. Malgré un certain établissement et multiplication des auxiliaires, il est nécessaire de lâcher régulièrement des auxiliaires bracons tant que les larves de mites sont présentes pour permettre une lutte efficace.

Les insectes nuisibles suivants peuvent être combattus avec les mini-guêpes bracon :

Pyrale de la farine (Ephestia kuehniella)
Teigne des fruits secs (Plodia interpunctella).
Pyrale du tabac (Ephestia elutella)
Fausse teigne de la cire (Galleria mellonella)

L'utilisation des bracons (contre les larves) est en général à effectuer en parallèle de l'utilisation des trichogrammes (contre les œufs). Il est important d'accrocher des pièges à phéromones pour contrôler l'infestation et vérifier l'efficacité de la lutte mise en place.

Dans les stockages de céréales et les entreprises de transformation comme les moulins ou les boulangeries, la lutte biologique à l'aide d'auxiliaires a fait ses preuves.  Il est important d'utiliser des pièges à phéromones spécifiques pour les mites pour déterminer les dates de lâchers en fonction de l'activité de l'insecte nuisible.

Conseil d'utilisation dans le cas d'un traitement préventif :

Stockage vide: 1 unité avec 40 animaux / 50 - 100 m²
Dans un stockage de céréales rempli:
1 unité / 10 - 25 m²

Intervalle entre deux lâchers: tous 14 jours, domaine de température 15-35°C, la durée de vie de ces auxiliaires adultes femelles en laboratoire est de 2 à 3 semaines en fonction des températures.

Lutte biologique contre les coléoptères nuisibles des stockages à l'aide d'auxiliaires mini-guêpes Lariophagus

Les mini-guêpes Lariophagus sont des adversaires naturels des larves de plusieurs coléoptères nuisibles présents dans les stockages. Ces insectes ont la capacité de détecter et de parasiter également les larves des insectes nuisibles se développant à l'intérieur des grains, ce qui font de ces auxiliaires un agent de lutte biologique très intéressant.

La larve du coléoptère va être paralysée par l'auxiliaire Lariophagus et ce dernier va déposer un œuf à côté de la larve du nuisible. La larve du coléoptère arrêtera tout de suite de se nourrir. La larve de l'auxiliaire va éclore puis se nourrir de la larve du coléoptère au cours de son développement et enfin former un cocon. De ce cocon va éclore une nouvelle mini-guêpe Lariophagus, qui va tout de suite se mettre à la recherche de larves de coléoptères nuisibles. A 26°C (et environ 70% d'humidité de l'air) le développement d'œuf à adulte d'une mini-guêpe Lariophagus dure 3 semaines. Un auxiliaire adulte femelle a une durée de vie d'environ deux semaines en fonction des températures.

Ces auxiliaires sont de couleur noires et d'environ 3 mm de long.

Ces auxiliaires peuvent être utilisés pour lutter contre les larves des coléoptères nuisibles suivants :

Ptinus tectus
Vrillette du pain
Bruche du haricot
Bruche du pois
Capucin des grains
Charançon du blé
Ptinus fur
Ptine bossue (voir la description ci-dessous)
Ptine dorée (voir la description ci-dessous)
Charançon du riz
Vrillette du tabac

Les mini-guêpes Lariophagus peuvent être utilisées dans le cadre d'une lutte contre les larves de l'alucite des céréales (Sitotroga cerealella) en complément avec l'utilisation de trichogrammes parasitant les œufs. Contrairement aux autres mites, les larves des alucites des céréales se développent dans les grains.

Lutte biologique contre les ptines bossues et ptines dorées avec les mini-guêpes Lariophagus

Les ptines bossues et les ptines dorées apparaissent souvent en masse lors d'étés chauds dans les vieilles maisons ou dans les maisons à colombage, surtout quand l'isolation est faîte avec des matériaux alternatifs à base de produits végétaux.

Ces deux ptines appartiennent à la famille des Ptinidae. Leur corps est rond et elles sont souvent confondues avec une araignée.

La ptine dorée (Niptus hololeucus)

La ptine dorée (Niptus hololeucus) mesure jusqu'à 5 mm de long et est facilement reconnaissable grâce à ses poils dorés. Cet insecte s'attaque aux denrées à base de céréales. Il peut également être présent dans les plumes, les matériaux de rembourrage à base de plantes et les matériaux isolants alternatifs. C'est pourquoi il est souvent un problème dans les vieilles maisons avec des paliers intermédiaires. Si cet insecte s'établit, cela peut entraîner de gros dégâts aux matériaux de construction.

Une femelle peut pondre jusqu'à 30 œufs sur le substrat. Elles sont capables de parcourir de longues distances pour déposer leurs œufs à un endroit idéal pour leur future progéniture. Les larves vont dévorer les matériaux à base de matière première animale et végétale, mais ne peuvent pas poursuivre leur développement sur des textiles.  La nymphose s'effectue dans un cocon de soie. À environ 20°C et 70% d'humidité de l'air le développement d'œuf à adulte dure environ 7 mois, si la température augmente de 5°C, le développement ne dure plus que 70 jours.

La ptine bossue (Gibbium psylloides)

Contrairement à la ptine dorée, la ptine bossue peut également s'attaquer à des épices et plantes aromatiques séchées. Cet insecte nuisible fait environ 4 mm de long est donc légèrement plus petit que la ptine dorée. Le corps a la forme d'un œuf, n'a pas de poils et est de couleur marron. Seules les antennes et les pattes sont recouvertes de poils fins dorés. Les femelles pondent leurs œufs un par un dans le substrat et les enrobent de poussière et de miettes. Ce coléoptère fuit la lumière et aime les environnements humides.

Le développement d'œuf à adulte dure environ 3 mois à 23°C (70% d'humidité de l'air). Les adultes peuvent survivre sans nourriture jusqu'à 50 jours. Ils peuvent également parcourir de longues distances. S'ils sont touchés, ils vont faire le mort pendant plusieurs minutes!
Les auxiliaires sont à lâcher à différents endroits dans une maison infestée. Le mieux est de trouver les ouvertures et les fentes d'où viennent les ptines et d'y lâcher les auxiliaires. Lorsque qu'aucune ouverture n'est présente, il est possible de percer des petits trous.

Condition d'utilisation des auxiliaires :

Les auxiliaires peuvent être apportés toute l'année tant que la température est supérieure à 15°C, cela signifie que dans les stockages non chauffés l'utilisation des auxiliaires débute en général mi- à fin avril.

L'utilisation de produits chimiques ou de produits type terre de diatomée ne peut pas être réalisée en même temps que la lutte biologique avec les auxiliaires car ces produits tuent également les auxiliaires. Un délai minimum de 6 semaines après traitement chimique doit être maintenu avant de lâcher des auxiliaires. Par contre il est possible de lâcher les auxiliaires avant le traitement chimique pour atteindre également les insectes nuisibles cachés dans les fentes ou fissures.

Ces insectes nuisibles peuvent également être combattus par d'autres méthodes comme de la chaleur (60-70°C), l'utilisation du froid (-25°C) ou des préparations biologiques comme l'huile de neem. Mais l'utilisation de la chaleur ou du froid peut éventuellement également abîmer les matériaux.

Conseil d'utilisation de LarioTop® dans le cas d'un traitement préventif dans un stockage :



Stockage vide:
1 unité de 40 animaux / 50 - 100 m²

Stockage de céréales rempli: 1 unité de 40 auxiliaires / 10 - 25 m²

L'idéal est de commencer les lâchers dès que le stockage est vide et minutieusement nettoyé, puis juste après le stockage de nouvelles denrées alimentaires.
Intervalle entre deux lâchers: 14 jours, domaine de température 15-35°C.

Cas d'un traitement curatif lors d'une infestation dans une vieille maison ou une maison à colombage contre les ptines dorées et bossues :

L'important est de repérer où se trouvent les ptines et de trouver les endroits où elles pénètrent dans les pièces de la maison. Les auxiliaires sont à lâcher au plus près de ces endroits pour leurs permettre de trouver au plus vite les larves des ptines.

Il est conseillé de réaliser au minimum 3 lâchers espacés de 14 jours (6 semaines de lutte intensive) et cela deux à trois fois par an. Une lutte biologique à l'aide d'auxiliaires dans cette situation doit être poursuivie au minimum deux ans car l'infestation est importante.

En cas de question n'hésitez pas à nous contacter.

Trichogrammes

La lutte biologique à l'aide de trichogrammes est utilisée depuis plusieurs décennies en Europe. Au début des années 70 a été traitée la première parcelle de maïs avec des trichogrammes pour lutter contre les pyrales du maïs. Notre entreprise a été créée pendant cette première phase de lutte biologique dans les années 80.
Au cours des années cette méthode de lutte biologique a été développée également dans d'autres domaines, par exemple contre la carpocapse des pommes et des prunes, diverses insectes nuisibles dans les cultures sous serre ainsi que dans les serres tropicales.
Depuis environ 15 ans a été également développée l'utilisation de trichogrammes dans les stockages et les foyers contre les mites alimentaires et mites des vêtements. Il apparait régulièrement de nouveaux papillons nuisibles. Nous travaillons donc continuellement sur le développement de l'utilisation de trichogrammes contre les nouveaux nuisibles.

En ce moment nous possédons une collection d'une trentaine d'espèces de trichogrammes. Cette diversité naturelle nous permet de sélectionner le candidat idéal pour la lutte contre de nouveaux insectes prédateurs.

Interaction trichogramme - insecte nuisible

Les minuscules trichogrammes (0,3 à 0,4 mm) sont des ennemis naturels de diverses papillons nuisibles. Ces petits hyménoptères parasitent les œufs des papillons nuisibles, cela signifie qu'ils pondent leurs propres œufs dans les œufs des nuisibles, ce qui va stopper le développement de l'œuf du parasite et à la place va se développer un nouveau trichogramme en environ 10 jours. Ce dernier va de nouveau à la recherche d'œufs d'insectes nuisibles dès son éclosion.

 Ce cycle se répète tant que des œufs de l'insecte cible sont présents. En général les populations naturelles de trichogrammes ne suffisent pas pour lutter efficacement. C'est pour cette raison que nous produisons ces auxiliaires en masse et ces derniers sont lâchés dans les cultures au moment de la ponte des différents insectes nuisibles à l'aide de TrichoCarte ou TrichoBille. Environ 10 espèces de trichogrammes sont reconnues en Allemagne comme étant locales, cela signifie que des populations de ces espèces sont naturellement présentes. Environ 4-5 espèces  sont élevées en masse et commercialisées. Dans le monde il existe environ 200 espèces de trichogrammes bien qu'une vingtaine soit utilisée dans le cadre de la lutte biologique.



Les trichogrammes peuvent également être utilisés dans le cadre de la lutte biologique des prédateurs suivants :

  • Fausse teigne de la cire dans les ruches d'abeilles et les nids de bourdons
  • Plusieurs papillons noctuidés dans les cultures légumières ou les serres tropicales (noctuelle gamma,  noctuelle du chou, noctuelle potagère, plusie de la fétuque)

Vecteur de lâcher de trichogrammes : TrichoCarte et TrichoBille

Les vecteurs de lâcher de trichogrammes TrichoCarte et TrichoBille ont fait leur preuve dans la pratique. Par carte ou par bille se trouvent au moins 10 stades de maturité différents de trichogrammes, et en fonction du type d'insectes nuisibles visés, des trichogrammes vont éclore sur une durée de deux à trois semaines.

Compétence et longue expérience

L'équipe d'AMW dispose d'une longue expérience dans le domaine d'élevage de trichogrammes. Grâce au développement de nouveaux systèmes d'élevage de masse et de lâchers en champ réalisés mécaniquement nous sommes en mesure de produire et livrer des quantités importantes de vecteurs de lâcher de trichogrammes en peu de temps.

En parallèle de nos élevages de masse, nous maintenons dans nos laboratoires un élevage de plus de 30 espèces et 100 souches de trichogrammes, qui proviennent entre autre de captures dans les champs. Ces différentes lignées sont testées en laboratoire puis dans la pratique pour nous permettre de sélectionner l'ennemi naturel le plus adapté en fonction de l'insecte nuisible à combattre.

L'identification moléculaire des trichogrammes

Dans le cadre du contrôle de la qualité des trichogrammes, des critères tel que durée de vie, nombre d'œufs parasités, acceptance et préférence de l'hôte sont évalués. Du fait de la petite taille des trichogrammes (0,4 mm), la détermination morphologique est très difficile car une préparation du petit appareil génital mâle (0,1 mm environ) doit être réalisée. En raison des préférences d'insecte-hôte et d'habitats, il est tout de même nécessaire de réaliser une détermination taxonomique.

Il n'existe aujourd'hui pas de spécialiste en Allemagne pour la détermination morphologique. L'utilisation de méthode moléculaire (PCR) est aujourd'hui une alternative sûre pour identifier l'espèce.  Nous réalisons cette détermination par méthode moléculaire dans nos propres laboratoires, ce qui nous permet de contrôler et optimiser régulièrement la qualité de nos auxiliaires.

Contrôle des insectes nuisibles

Observer les insectes nuisibles, les reconnaître et les combattre !

Le premier pas pour lutter efficacement contre les insectes prédateurs dans les stockages est la mise en place d'un système de contrôle adapté pour vérifier la présence ou non d'insectes nuisibles ainsi que d'évaluer le niveau d'infestation.
Grâce à l'utilisation de pièges contenant les phéromones des femelles non fécondées, il est possible de savoir si des mites ou coléoptères sont actifs ainsi que d'évaluer le niveau de l'infestation. Dans les pièges pour mites alimentaires, seulement une partie des mites mâles sont attirées, les mites adultes femelles ne seront pas attrapées! Ce piège permet un contrôle de l'infestation mais n'est pas un moyen de lutte. Si des mites mâles sont attrapées, cela signifie que des femelles sont également actives et pondent des œufs. C'est à ce moment-là qu'il est nécessaire de lâcher les trichogrammes.

Important: différencier les mites à l'aide de pièges à phéromones !

Les phéromones pour les mites type mites alimentaires (Teigne des fruits secs, pyrale de la farine, pyrale du tabac) ne sont pas les mêmes que ceux pour les mites textiles (mite des vêtements, mite des fourrures).  Cela facilite la reconnaissance des mites: si des mites sont collées sur le piège pour mite alimentaire, une infestation est présente dans la cuisine ou dans l'armoire contenant les denrées alimentaires. Les mites alimentaires ne s'attaquent pas aux matériaux textiles et de la même façon les mites textiles ne s'attaquent pas aux denrées alimentaires.

Pièges à phéromones: facile d'utilisation et non toxique !

Pour les stockages, il existe des pièges à entonnoir réutilisables. Seul le phéromone doit être régulièrement renouvelé. Un piège suffit en général pour 75 à 100 m². Si trop de pièges sont mis en place dans une même pièce, cela perturbera l'orientation des mites et elles ne trouveront pas les pièges.
Les pièges sont à poser ou à suspendre en priorité aux endroits où des mites adultes ont été observées. Les pièges ne doivent pas être cachés des mites ni être couverts.
Naturellement il est possible dans un magasin avec des clients que les pièges ne soient pas mis en évidence.

Contrôler les pièges et noter le nombre d'insectes attrapés !

Dès le printemps il est nécessaire de contrôler les pièges régulièrement, si possible une fois par semaine, et de noter le nombre d'insectes attrapés. C'est ainsi qu'il est possible d'avoir une vision globale sur l'activité de ces insectes prédateurs au cours de l'année et ainsi permettre la mise en place d'une lutte adaptée. Il est important de continuer à contrôler régulièrement les pièges même lorsque la lutte contre les insectes nuisibles est terminée.
Grâce à cela il est possible de contrôler l'efficacité de la lutte mise en place. Même en fin de lutte il est important de laisser les pièges en place pour réagir tout de suite en cas de nouvelle infestation.

L'utilisation de trichogrammes en parallèle des pièges est possible.

Les phéromones peuvent être stockés jusqu'à 6 mois, mais sont actifs seulement 3 mois après mise en place du piège. Cela signifie qu'il est nécessaire de renouveler les phéromones après 3 mois pour avoir la même efficacité. Les phéromones pour les mites ne sont pas toxiques et n'attirent pas non plus les trichogrammes.

Les pièges, qui ne sont pas encore utilisés, sont à stocker si possible dans un endroit frais, par exemple au réfrigérateur ou à la cave, pour éviter que les phéromones ne s´évaporent avant la mise en place du piège.